Société de transparence, société du secret

Nos sociétés de l’information exaltent volontiers la transparence. En politique, elle doit favoriser la gouvernance : plus d’ententes clandestines, de manoeuvres antidémocratiques obscures, d’intérêts occultes, de crimes enfouis. En économie, on voit en elle une garantie contre les défauts cachés, les erreurs et les tricheries, donc un facteur de sécurité et de progrès. Et, moralement, la transparence semble garantir la confiance entre ceux qui n’ont rien à se reprocher. Dans ces conditions, il est difficile de plaider pour le secret. Ou au moins pour sa persistance, voire sa croissance. Et pourtant…
societe de transparence, societe du secret

La transparence est aujourd’hui célébrée, tandis que l’époque est au soupçon généralisé. Pourtant le secret importe, dans les affaires régaliennes de l’État comme dans les affaires des entreprises. Réseaux sociaux et cyberespace sont les nouveaux territoires d’une dialectique entre intimité et totale publicité, qui débute dans notre smartphone. Il faut savoir se protéger.

Lire la suite sur Cairn

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
la conflictualite informationnelle a l’ere du digital

La conflictualité informationnelle à l’ère du digital

Article suivant
catalogne, la russie a-t-elle (reellement) essaye de diviser l’espagne…et l’union europeenne ?

Catalogne, la Russie a-t-elle (réellement) essayé de diviser l’Espagne…et l’Union européenne ?

Dans la même catégorie
michel strogoff
En savoir plus

Le télégraphe, creuset matriciel et contrapuntique de la réflexion sur les réseaux communicationnels et l’opinion publique

De quoi dès lors remettre la problématique de la viralité et des biais informationnels, intentionnels ou non, dans un cadre heuristique beaucoup plus pertinent, qu’une simple focale autocentrée sur notre époque, notre réseau et nous-mêmes. Au risque, en définitive, de viraliser du faux sur le faux. Une forme de méta-discours qui, à l’instar de ses devanciers dans le genre, a bien souvent une postérité des moins pérennes.
drapeau du maroc
En savoir plus

Astroturfing et fake activism : la dynamique cachée du boycott marocain

Ces données, appréhendées à l’aune de nos constations réalisées sur Twitter dans la phase liminaire de notre étude, ne vont pas sans questionner une potentielle dimension artificielle du mouvement de boycott. Sans aller jusqu’à dire, cela reviendrait à tordre la réalité et à accorder une primauté trop hégémonique à la simple analyse de données, que ce mouvement est une pure campagne d’astroturfing, il nous paraît malgré tout, que mis bout à bout, les différents points que nous avons mis au jour questionne tout aussi bien la dimension populaire du mouvement, les acteurs à son origine et surtout les cibles réellement visées.