Cinq questions à François-Bernard Huyghe sur l’art de la guerre idéologique

Plus personne ne croit, comme à la la fin du XX° siècle, qu’une des deux grandes utopies opposées doive l’emporter bientôt : ou bien le communisme ou bien la société libérale d’abondance, avec fin de l’histoire. Il y a un mythe pour lequel certaines minorités sont encore prêtes à donner leur vie : le califat djihadiste promet le salut de l’âme et la conquête de la Terre qui devra se soumettre à la loi divine. Il ne sépare pas guerre idéologique de guerre tout court.
l'art de la guerre ideologique

On parle d’un épuisement des grands récits, d’un désenchantement vis-à-vis des mythes mobilisateurs. Parler d’idéologie en 2020 est-il encore d’actualité ?

François-Bernard Huyghe : Plus personne ne croit, comme à la la fin du XX° siècle, qu’une des deux grandes utopies opposées doive l’emporter bientôt : ou bien le communisme ou bien la société libérale d’abondance, avec fin de l’histoire. Il y a un mythe pour lequel certaines minorités sont encore prêtes à donner leur vie : le califat djihadiste promet le salut de l’âme et la conquête de la Terre qui devra se soumettre à la loi divine. Il ne sépare pas guerre idéologique de guerre tout court.

Un autre mythe se répand, surtout chez les jeunes, la terreur climatique : ou bien nous freinons le réchauffement (mais comment ? par des «modes de vie » par des changements politiques autoritaires imposant la pénurie ?) ou tous les vivants périssent. C’est plutôt une dystopie (le contraire d’utopie) : un monde effroyable auquel nous pouvons, au mieux, espérer échapper.

Enfin les catégories droite/gauche sont rendues obsolètes par la monté des populismes. Ils réclament à la fois la sécurité et la protection de leur identité par l’autorité du peuple. Face à eux, les progressistes sont le parti du plus du même : plus de libéralisme économique et de libéralisme « sociétal », plus d’ouverture au monde, plus de droits individuels ou communautaires, plus de gouvernance, etc. Les premiers vivent dans la colère : ce qu’ils aiment disparait, dont la Nation. Les seconds vivent dans la peur : tout allait si bien et voilà que les populistes ou les pays illibéraux répandent des « fantasmes »!

Lire la suite sur l’Observatoire du journalisme.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
xi jinping

1984 : quand la Chine réécrit les textes sacrés

Article suivant
je suis charlie

"Radicalisation" : une notion impropre, qui nous conduit à penser thérapie là où nos adversaires pensent affrontement

Dans la même catégorie
hacker
En savoir plus

La puissance de l’ingérence

L’occidentalisme comme religion de la mondialisation heureuse périclite. L’idée même d’un modèle remportant une compétition planétaire a trouvé ses limites : il y a d’autres visions du monde qui s’implantent chacune dans leur aire géographique, culturelle ou spirituelle. L’idéologie de la fin des idéologie, plus qu’à des rhétoriques efficaces, s’est heurtée à la pluralité indéracinable des identités et des croyances.
catalogne, la russie a-t-elle (reellement) essaye de diviser l’espagne…et l’union europeenne ?
En savoir plus

Catalogne, la Russie a-t-elle (réellement) essayé de diviser l’Espagne…et l’Union européenne ?

L’image de citadelle assiégée renvoyée par Madrid au moment de la crise catalane soulève de nombreuses questions, et interroge sur la propension que peuvent avoir certains acteurs politiques à tendre vers des logiques d’exception au nom d’une lutte contre une menace informationnelle et/ou pour défendre un système démocratique en proie à de prétendues attaques exogènes.
al baghdadi
En savoir plus

Les sept corps d’al-Baghdadi

Tout le monde l’a dit : la fin du chef n’est pas celle de l’État islamique, et certainement pas celle de la terreur. Mais il nous reste sans doute à comprendre qu’il est plus facile de chasser les criminels que de maîtriser les symboles.