L’origine du virus : enjeu de diplomatie digitale

Une guerre d’influence massive est en cours, entre un discours chinois estimant que le virus n’aurait pas débuté en Chine (mais plutôt aux États-Unis), et un président américain qui le nomme “chinese virus”.
l’origine du virus : enjeu de diplomatie digitale

Une guerre d’influence massive est en cours, entre un discours chinois estimant que le virus n’aurait pas débuté en Chine (mais plutôt aux États-Unis), et un président américain qui le nomme “chinese virus” et qui relayait le 22 mars 2020 un article du site conspirationniste Breitbart avec le tweet suivant : “WHO Spread False Chinese Government Propaganda: Coronavirus Not Contagious Among Humans”. Donald Trump a mentionné 7 fois le “chinese virus” entre le 16 et le 22 mars, provoquant des pics de conversation d’environ 20 000 tweets par heure. La conversation est en hausse et mobilise des comptes militants et paraétatiques à l’échelle mondiale.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
bernard arnault

Pour les grands groupes, une visibilité à double tranchant

Article suivant
le conflit iran-usa sur le terrain de twitter

Le conflit Iran-USA sur le terrain de Twitter

Dans la même catégorie
Médecin en blouse blanche
En savoir plus

Les experts aux origines de la crise de confiance

De Didier Raoult au professeur Perronne en passant par le cortège de personnalités qui ont défilé en novembre devant les caméras des documentaristes d’Hold-Up, ce sont des élites qui ont conduit dans leurs errements de larges pans de l’opinion. Si l’année qui s’ouvre est d’ores et déjà celle de la défiance, encore faut-il questionner la responsabilité des clercs.