Chloroquine, fin de partie ?

Après avoir été le sujet trendy de la première semaine de confinement, avec en l’espace de quelques jours la constitution d’ersatz de religions autour de cet antipaludique, jusque-là inconnu du grand public, et l’émergence de toute une communauté de zélotes, le sujet serait-il en train de faire pschitt ?
chloroquine, fin de partie ?

Après avoir été le sujet trendy de la première semaine de confinement, avec en l’espace de quelques jours la constitution d’ersatz de religions autour de cet antipaludique, jusque-là inconnu du grand public, et l’émergence de toute une communauté de zélotes, le sujet serait-il en train de faire pschitt ? Les acteurs politiques, et notamment ceux de la région PACA, sont moins actifs sur le sujet. Depuis le 28 mars, Bruno Retailleau, pourtant l’un des élus les plus engagés et les plus influents sur le sujet, n’a plus mentionné la chloroquine dans ses tweets. En s’intéressant aux courbes de consultations de la page Wikipédia francophone de la chloroquine et de la discussion sur Twitter émanant de comptes vérifiés (ceux qui disposent d’un petit badge bleu distinctif), force est de constater que depuis le 23 mars le sujet décroît. Est-ce à dire que les premiers résultats, issus des travaux de l’IHU de Marseille, des tests menés en France et en Europe (essai clinique Discovery) et des premiers retours, encore empiriques certes de certains praticiens, ont semé le doute auprès de tous ceux qui voyaient dans ce médicament une bonne nouvelle ?

Interrogé ce matin sur BFM TV, le Professeur Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, a notamment fait état de son scepticisme quant à l’efficacité de la chloroquine. Soulignant que les chercheurs Chinois, qui ont déjà publié un nombre conséquent de travaux sur le sujet, n’ont pas réellement mis au jour une “recette particulière”, le Professeur invite ainsi les auditeurs à la plus grande prudence sur le sujet. Est-ce à dire également que la tribune publiée le 25 mars par le Professeur Raoult dans les colonnes du Monde (13.6K engagements sur Facebook et plus de 5K relais sur Twitter) n’a pas eu l’effet escompté ? Il faut dire que la critique en règle faite par ce dernier à l’égard des “méthodologistes” et des “mathématiques”, au nom d’une supériorité, pratique et éthique, de l’“humanisme” et de la “morale”, ouvre des perspectives qui ne vont pas sans questionner notre rapport au rationnel. D’où, dès lors, la prudence de la parole politique ?

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
le “nouveau monde” est-il soluble dans (la future) ere post-covid-19 ?

Le “nouveau monde” est-il soluble dans (la future) ère post-COVID-19 ?

Article suivant
epidemologie et ideologie

Épidémologie et idéologie

Dans la même catégorie
“jour d’apres” : la france deconfinee angoisse
En savoir plus

“Jour d’après” : la France déconfinée angoisse

Le hashtag #Zara, sur lequel des photos et des vidéos de files d’attentes interminables ou montrant des foules massées dans des magasins de vêtements dès le lundi matin, s’est imposé comme l’un des principaux sujets de discussion au premier jour du déconfinement, s’élevant au rang de symbole de l’égoïsme supposément enraciné dans la population française.
tiktok
En savoir plus

TikTok, who cares ?

Un écosystème informationnel digitalisé qui, contrairement à ce que d’aucuns ont trop souvent laissé entendre, n’est aucunement bottom-up, mais up-up, bien que cette dernière formule soit bien peu élégante. Élus, journalistes, patrons de fédération, intellectuels, influenceurs et investisseurs font et défont les entreprises, les dirigeants et les carrières. Le reste n’est que de la littérature qui ne devrait pas dépasser les manuels pour communicants, dont se détourner n’est jamais la plus mauvaise des décisions dans une carrière professionnelle.