Appeler à l’union, rappeler à l’ordre : ce que disent les hashtags gouvernementaux

Le hashtag fait partie intégrante de la panoplie du communicant politique. Cri de ralliement ou mot clef au sens propre du terme, celui qui invente de nouveaux sujets de conversation et donne accès à de nouveaux espaces de discussion, inventé pour l’occasion, emprunté à d’autres ou détourné de son sens initial, le hashtag peut se faire injonction ou encore slogan : sa plasticité le rend propre à une multitude d’usages.
appeler a l’union, rappeler a l’ordre : ce que disent les hashtags gouvernementaux

Le hashtag fait partie intégrante de la panoplie du communicant politique. Cri de ralliement ou mot clef au sens propre du terme, celui qui invente de nouveaux sujets de conversation et donne accès à de nouveaux espaces de discussion, inventé pour l’occasion, emprunté à d’autres ou détourné de son sens initial, le hashtag peut se faire injonction ou encore slogan : sa plasticité le rend propre à une multitude d’usages.

En temps de crise, il est un outil précieux pour appeler à l’union malgré le déferlement des polémiques, et parfois même rappeler à l’ordre. Aussi l’exécutif n’en a-t-il pas été avare ces dernières semaines. Tandis que le Président de la République vante la #FranceUnie, les ministères se disent, quant à eux, #TousMobilisés. Contre les facteurs de division, la geste gouvernementale préfère faire la part belle aux « #HérosDuQuotidien », fonctionnaires, soignants, militaires et policiers, travailleurs exposés et volontaires qui, par solidarité et sens civique, s’exclament : « #JeVeuxAider », tous proposés à l’admiration des Français. Au sein du Gouvernement, quelques voix singulières s’élèvent. Le ministère de l’Éducation promeut son opération #NationApprenante pour la #ContinuitéPédagogique, quand celui de la Culture voudrait plus de #CultureChezNous. Par crainte d’un relâchement pédagogique ?

De même, à l’instar du ministère de la Santé, le ministère du Sport, confronté aux joggeurs impénitents et aux Français qui se découvrent aujourd’hui une passion pour les sports d’extérieur, demande que chacun reste chez soi (#RestezChezVous). De son côté, le ministère de l’Ecologie appelle à la #MobilisationGénérale, un mot d’ordre qui s’applique aussi bien à l’urgence climatique qu’à l’endiguement du Covid-19. Pour les ministères culturels, éducatifs et sociaux, ou en prise avec des enjeux de long terme, et qui pourraient paraître devoir passer au second plan à cause de l’urgence des circonstances, l’enjeu est aussi de continuer à exister, de continuer à faire vivre leur voix particulière dans un espace politique et médiatique monopolisé par la pandémie. Une manière pour les ministères non-régaliens de montrer qu’ils sont, eux aussi, en première ligne de la gestion de la crise.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
a quand le « deconfinement » ?

A quand le « déconfinement » ?

Article suivant
Lettres capitales et systèmes de classification

Lettres capitales et systèmes de classification

Dans la même catégorie
un patrimoine sans patrie ?
En savoir plus

Un patrimoine sans patrie ?

Nous avons un quart de siècle de recul à la fois pour mesurer l’efficacité d’une intention et juger de sa cohérence. Ce qui pourrait se formuler ainsi : comment a-t-on « scientifiquement » défini la valeur universelle pour en faire une catégorie juridique ? Plus malicieusement : comment des représentants d’États ont-ils parlé au nom de l’humanité ou des générations futures et oublié leurs intérêts nationaux ou leurs revendications identitaires ? Plus médiologiquement : comment une organisation matérialisée (le Comité qui établit la liste, des ONG, des experts qui le conseillent…) a-t-elle transformé une croyance générale en fait pratique ? Comment est-on passé de l’hyperbole au règlement ? De l’idéal à la subvention ?
affaire benalla : une controverse sous influence ?
En savoir plus

Affaire Benalla : une controverse sous influence ?

Dès lors, et alors que nous sommes, semble-t-il, dans la phase de ressac de l’affaire Benalla, et alors que tendent à émerger des discours de post-rationalisation de la crise, il nous paraît intéressant de mener une étude présentant la configuration et la structuration de la discussion relative à cette affaire. L’idée n’est bien évidemment pas d’aborder celle-ci en elle-même, d’autres bien plus à la page que nous s’y activent de manière quotidienne depuis le 18 juillet, ni encore moins d’analyser son phénomène de médiatisation mais plutôt de l’appréhender à l’aune de la médiation introduite par les spécificités de Twitter.