Gilets jaunes et chloroquine, même combat ?

Par ailleurs, la grille de lecture à l’égard du mouvement des Gilets jaunes semble être opérante pour catégoriser les attitudes des Français à l’égard de la chloroquine.
gilets jaunes et chloroquine, meme combat ?

L’IFOP a analysé les assises socio-démographiques du phénomène d’opinion auquel la chloroquine a donné lieu. Les résultats de cette étude tendent à confirmer et valider les premiers enseignements issus d’une analyse de la conversation autour de cette controverse en ligne, tant sur Twitter que sur nombre de groupes Facebook. Même si les partisans de la chloroquine tendent à se recruter davantage parmi les 50 à 64 ans (64%), l’âge n’apparaît comme un facteur déterminant pour expliquer le positionnement des Français sur le sujet. Un constat similaire se dégage de l’analyse de la taille de l’agglomération de résidence des participants.

A contrario, et sans toutefois que les écarts ne soient conséquents, le niveau de diplôme apparaît comme étant davantage discriminant. Les Français ayant un diplôme inférieur au BAC apparaissent ainsi comme davantage enclins à appréhender le traitement proposé par l’IHU de Marseille comme potentiellement efficace. Par ailleurs, la grille de lecture à l’égard du mouvement des Gilets jaunes semble être opérante pour catégoriser les attitudes des Français à l’égard de la chloroquine. En effet, 80% des Français se sentant proches des Gilets jaunes considèrent la chloroquine comme efficace.

Sur l’échiquier politique, La France Insoumise (LFI) semble fournir un contingent significatif de pro-chloroquine (80% des sympathisants du parti de Jean-Luc Mélenchon considèrent la chloroquine comme efficace), devant Les Républicains (LR) dont 71% des sympathisants partagent cette opinion, ceux-ci étant peut-être influencés par les déclarations de Valérie Boyer ou encore de Christian Estrosi, touchés par le COVID-19 et soignés par les équipes du Professeur Didier Raoult. Le Rassemblement National (RN) arrive en 3e position, avec 66% de sympathisants estimant la chloroquine efficace. A contrario, les sympathisants de LREM sont les moins convaincus par l’efficacité de la chloroquine (45%).

Par ailleurs, l’étude fait apparaître un léger substrat de complotisme de la part d’une frange des Français convaincus de l’efficacité de la chloroquine, ceux-ci partageant pour une partie d’entre eux l’opinion de l’origine non naturelle de la pandémie. Ces derniers étant 65% à considérer qu’elle a été fabriquée dans un laboratoire.

La chloroquine, loin d’avoir ébranlé le spectre politique, a davantage agi comme un réactif révélant à nouveaux frais les clivages qui structurent le champ politique, ainsi que leur dimension ubiquitaire. Ces derniers se nourrissent de toutes les controverses (sociales, économiques, religieuses ou encore politiques), et même celles relevant du monde scientifique. De là à postuler que l’autorité scientifique va être à nouveau mise à mal par ce phénomène d’opinion ?

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
jour d’apres et convergence des crises

Jour d’après et convergence des crises

Article suivant
paris contre province : quand les vieux clivages refont surface avec le retour des beaux jours

Paris contre Province : quand les vieux clivages refont surface avec le retour des beaux jours

Dans la même catégorie