Le tribunal judiciaire de Nanterre a-t-il dit “Stop Amazon et son monde” ?

Dans la conflictualité informationnelle, et la bataille des narratifs, les hashtags viraux et les posts Facebook à plusieurs milliers d’engagements ont une capacité d’emporter la décision n’ayant rien à envier au Heinkel et autres Junkers engagés dans la Bataille d’Angleterre.
le tribunal judiciaire de nanterre a-t-il dit “stop amazon et son monde” ?

Après une plainte déposée par l’union syndicale Solidaires, Amazon a été condamné hier par le tribunal judiciaire de Nanterre à ne plus livrer que les produits alimentaires, médicaux et d’hygiène. Un revers pour le leader mondial du e-commerce, et un succès, osons le terme, retentissant pour l’écosystème militant francophone engagé depuis plusieurs mois, si ce n’est années, “Contre Amazon et son monde”, pour reprendre le nom d’une campagne impulsée par Attac aux côtés de 110 personnalités en novembre dernier.

Sur les groupes et pages Facebook de l’écosystème militant, pour qualifier ce dernier de manière générique, dès l’entrée de la France en confinement, à savoir le mardi 17 mars, Amazon a très vite émergé comme un acteur à même de faire consensus. Pour ces derniers, l’un des deux “A” de l’acronyme GAFAM incarne une sorte de figure contemporaine du “profiteur de guerre”, dont les activités ne peuvent que prospérer dans un contexte trouble tel que celui que nous traversons. D’où dès lors, et de manière continue et répétée, sur les réseaux sociaux, un pilonnement systématique d’Amazon. Dans la conflictualité informationnelle, et la bataille des narratifs, les hashtags viraux et les posts Facebook à plusieurs milliers d’engagements ont une capacité d’emporter la décision n’ayant rien à envier au Heinkel et autres Junkers engagés dans la Bataille d’Angleterre. Face à des acteurs rodés à l’exercice, et à l’agit-prop numérique, disposant de pages, de groupes Facebook et d’une série de médias “amis”, parmi lesquels figure en bonne position Révolution permanente, Amazon est très vite devenu une citadelle assiégée. Sa position dominante, si ce n’est hégémonique, sur le marché français, dans le commerce non-alimentaire (et bientôt alimentaire d’ailleurs), n’a pas permis au géant américain d’enrayer cette dynamique d’opinion.

Si l’on peut ratiociner sur la décision de Nanterre, et se demander si elle ressort davantage du politique que du judiciaire, il faut rappeler que, dans un contexte sanitaire et politique tendu, le gouvernement a très vite abandonné Amazon en rase campagne. Bruno Le Maire, mi-mars, ne dénonçait-il pas les pressions “inacceptables” de l’Américain à l’égard de ses salariés ? En dépit d’une communication pro-active, Amazon n’a pas réussi à déconstruire et proposer un contre-narratif. En période de crise, l’opinion peut visiblement désarçonner des colosses dont les pieds, sans être d’argiles, ne sont pas d’airain.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
avec ou #sansmoile11mai ? la reouverture des ecoles dans un mois divise dans l’opinion

Avec ou #SansMoiLe11Mai ? La réouverture des écoles dans un mois divise dans l’opinion

Article suivant
le “jour d’apres” sera-t-il pire qu’hier ? quand les contestataires renouent avec l’art de la dystopie

Le “jour d’après” sera-t-il pire qu’hier ? Quand les contestataires renouent avec l’art de la dystopie

Dans la même catégorie
“jour d’apres” : la france deconfinee angoisse
En savoir plus

“Jour d’après” : la France déconfinée angoisse

Le hashtag #Zara, sur lequel des photos et des vidéos de files d’attentes interminables ou montrant des foules massées dans des magasins de vêtements dès le lundi matin, s’est imposé comme l’un des principaux sujets de discussion au premier jour du déconfinement, s’élevant au rang de symbole de l’égoïsme supposément enraciné dans la population française.