La crise de confiance, « moment Tchernobyl » du Coronavirus

Le fait que nous en soyons là n’est pas bon signe pour le reste du monde. Nous croyons sincèrement ceux qui nous donnent 5 ans de retard sur les Etats-Unis quand, bien souvent, l’épicentre du virus, c’est nous : la « French theory » nous revient aujourd’hui des campus américains en version hollywood, cet art du soupçon qui pousse à tout déconstruire et à penser « qu’il n’y a pas de connaissance objective, mais seulement des interprétations du réel ».
coronavirus

Depuis le mois de février, l’expression « Tchernobyl chinois » est régulièrement utilisée : en quoi la mauvaise gestion d’une catastrophe originelle peut-elle engendrer une crise de confiance telle qu’elle condamnerait un régime autoritaire, dont elle révèlerait les fragilités jusque-là bien cachées par la propagande ? Aucun pays n’est en réalité à l’abri de vivre ce « moment Tchernobyl », les Etats pétroliers dont la fragile stabilité sociale dépend du prix du baril comme les Etats-Unis, frappés par une crise sociale sans précédent qui va aggraver le déclassement d’une population déjà en mal d’être « great again ».

Intéressons-nous à la France. La crise de confiance y est patente. Nous ne savons plus qui ou quoi croire. Nous sommes peut-être plus atteints que d’autres, d’ailleurs, parce que les coups les plus puissants portés contre l’un des principes de vérité, la science, ne le sont pas par des dictateurs ou démagogues cyniques, mais par des représentants de celle-ci, au renom mondial, comme Didier Raoult et Luc Montagnier. Le premier remet en cause l’evidence based medecine au nom du pragmatisme médical. Le deuxième apporte sa crédibilité de Nobel à une information que la quasi-totalité de ses collègues considèrent comme fausse. Qui croire, quand toutes les options sont possibles, et que l’on ne trouve rien pour distinguer du vrai et du faux ? « Le coronavirus s’est échappé du laboratoire P4 de Wuhan, qui étudiait opportunément les virus de chauve-souris » : est-ce là une fake news bricolée par la CIA ? Une théorie du complot pour des esprits enclins aux fantasmes cinématographiques ? Ou bien une vérité que nos services de renseignement ne parviendront jamais à prouver faute d’accès aux preuves ?

Le fait que nous en soyons là n’est pas bon signe pour le reste du monde. Nous croyons sincèrement ceux qui nous donnent 5 ans de retard sur les Etats-Unis quand, bien souvent, l’épicentre du virus, c’est nous : la « French theory » nous revient aujourd’hui des campus américains en version hollywood, cet art du soupçon qui pousse à tout déconstruire et à penser « qu’il n’y a pas de connaissance objective, mais seulement des interprétations du réel », pour reprendre la phrase du sociologue Raymond Boudon. Nos spéculations d’intellos ont été prises au sérieux au pays de Mickey : plus rien n’est évidemment vrai, ni loi physique, ni genre, ni valeurs, si ce n’est la déconstruction et le choix personnel. La vérité brûle de ses derniers feux et les pompiers sont pyromanes : notre moment Tchernobyl est métaphysique, ce qui le rend plus dangereux.

Il s’illustre par les faits divers. Ce week-end, le mot le plus tweeté n’a pas été #edouardphilippe (42 114 tweets) mais « police » (1 366 250 fois en 24 heures). Le 18 avril dans la soirée, une vidéo vue 4,7 millions de fois sur Twitter montre un jeune homme au sol. Il hurle. « ILS ONT MIT UN COUP DE PORTIÈRE AU MEC ILS LUI ONT COUPÉ SA JAMBE FAITES TOURNER !! », « Bavure policière, c’est là, c’est là », s’enflamme « Jackboys » (798 abonnés), qui filme la scène. Cela se passe à #villeneuvelagarenne (259 551 tweets sur le hashtag). Autre film, pris de l’intérieur d’une voiture à La Courneuve : de jeunes femmes nous jurent que l’homme que l’on voit étendu vient d’être abattu par les policiers qui l’entourent. Rapidement, le hashtag #mortsauxporcs (6 105 tweets) circule, expression censurée issue du dernier clip du groupe 13 Block, intitulé « Fuck le 17 » ; les appels à l’émeute et à la vengeance fusent contre le « deux poids deux mesures » dont souffre la jeunesse de banlieue par rapport aux blancs des beaux quartiers et contre la pression policière accrue en cette période de confinement. Une vidéo vue 240 000 fois montre des policiers en train « d’effacer les traces du crime ». Crise de confiance dans les institutions. Mais aussi crise de la vérité : on apprend que la jambe n’est pas coupée. A la Courneuve, il s’agissait d’une rixe entre individus. Entre temps, d’autres acteurs entrent dans le débat. Le militant politique d’extrême droite Damien Rieu prend la défense des forces de l’ordre. Son nom sera évoqué, insulté et flatté 46 653 fois ce week-end sur Twitter, soit davantage que le premier ministre présentant son plan de déconfinement. Un compte anonyme : « En France, il y a aujourd’hui 2 peuples sur un même territoire. Un Français, l’autre qui déteste la France, son Histoire et ce qu’elle est ».

« Tout ce qui est sous les cieux est en chaos total ; la situation est excellente », nous disait Mao.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
le militantisme digital continue les luttes ideologiques par d’autres moyens

Le militantisme digital continue les luttes idéologiques par d’autres moyens

Article suivant
l’extreme-droite refait bloc autour de la question des banlieues

L’extrême-droite refait bloc autour de la question des banlieues

Dans la même catégorie
affaire benalla : une controverse sous influence ?
En savoir plus

Affaire Benalla : une controverse sous influence ?

Dès lors, et alors que nous sommes, semble-t-il, dans la phase de ressac de l’affaire Benalla, et alors que tendent à émerger des discours de post-rationalisation de la crise, il nous paraît intéressant de mener une étude présentant la configuration et la structuration de la discussion relative à cette affaire. L’idée n’est bien évidemment pas d’aborder celle-ci en elle-même, d’autres bien plus à la page que nous s’y activent de manière quotidienne depuis le 18 juillet, ni encore moins d’analyser son phénomène de médiatisation mais plutôt de l’appréhender à l’aune de la médiation introduite par les spécificités de Twitter.
hacker
En savoir plus

La puissance de l’ingérence

L’occidentalisme comme religion de la mondialisation heureuse périclite. L’idée même d’un modèle remportant une compétition planétaire a trouvé ses limites : il y a d’autres visions du monde qui s’implantent chacune dans leur aire géographique, culturelle ou spirituelle. L’idéologie de la fin des idéologie, plus qu’à des rhétoriques efficaces, s’est heurtée à la pluralité indéracinable des identités et des croyances.