Tout s’effondre… mais revoilà le Ministère de la Vérité !

La méga-crise devient méta-crise – crise des conditions qui définissent la crise. Elle remet en cause le cadre dans lequel elles étaient pensées jusqu’ici ; elles étaient récurrentes, admises, mais entraient dans les calculs politiques ou économiques.
sibeth ndiaye

La méga-crise devient méta-crise – crise des conditions qui définissent la crise. Elle remet en cause le cadre dans lequel elles étaient pensées jusqu’ici ; elles étaient récurrentes, admises, mais entraient dans les calculs politiques ou économiques.

C’est la méga-crise. D’abord sanitaire, elle suscite en cascade une crise financière et économique (de l’offre et de la demande), sociale et politique, du travail et du loisir, technologique (rôle du numérique) et géopolitique, culturelle et idéologique, sans doute écologique et quasi anthropologique de notre rapport avec le danger et la mort. Et ne parlons pas de la crise de l’autorité scientifique et de la prévision. Le virus est le déclencheur ou le révélateur de contradictions latentes et de conflits oubliés.

Toutes ces crises induites ont pour caractéristiques d’avoir été suscitées par les premières réactions à la pandémie, comme de confiner la moitié de la population de la Terre, donc par la gestion de crise. Nul n’avait songé à le faire lors de la grippe de Hong Kong en 1968 qui tua un million de personnes, dont 17.000 en France. Entre accepter les coups du destin et vouloir sauver les vies « à tout prix », le choix est éthique (Agamben : « Peut-on suspendre la vie pour la protéger ? »). Mais la seconde option suppose l’autorité de l’État, la croyance des citoyens (qui détermine leur comportement vertueux) et la base de la Vérité scientifique.

Méta-crise

Du coup, la méga-crise devient méta-crise – crise des conditions qui définissent la crise. Elle remet en cause le cadre dans lequel elles étaient pensées jusqu’ici ; elles étaient récurrentes, admises, mais entraient dans les calculs politiques ou économiques : gestion, communication, cellule de crise, crise de réputation, crise sanitaire, industrielle, e-crise, cybercrise, etc. Toutes ces notions suggéraient que c’était un défi et une opportunité de se réformer et de se moderniser. Et une incitation innover, mais dans la même direction. Les premiers de cordée comme nos gouvernants ont certainement, à l‘ENA ou en entreprise, travaillé sur des scénarios de « com de crise ». Même l’auteur de ces lignes a enseigné la matière.

Or les crises induites se chevauchent ou se contredisent : comment sortir de la crise sanitaire sans aggraver la crise économique ? Ou comment défendre nos intérêts géopolitiques demain face à de nouvelles hégémonies sans risques économiques ou sociaux nouveaux de déstabilisation ? Telles sont les équations à résoudre.

S’ajoute un singulier rapport avec la réalité : l’épidémie devient infodémie.

La mésinformation concurrence l’information fiable ; le doute se répand, surtout dans le domaines scientifique – causes, modes de propagation, efficacité des mesures et des médicaments, anticipations et probabilités, thèses farfelues… – au moment, précisément, où le politique s’appuie sur la légitimité de la science et des experts pour justifier ses décisions. Les interprétations complotistes prolifèrent.

Infodémie

Toutes ne sont peut-être pas innocentes. Les USA (dans une moindre mesure l’UE) dénoncent la guerre de l’information menée par la Chine. En sens inverse, Pékin stigmatise l’infoguerre venue de l’Ouest. Les gouvernements sont tentés de combattre la mésinformation en ligne en certifiant certains contenus. Notre pays vient d’inventer une plateforme en ligne qui trie les articles sur la pandémie « sûrs et vérifiés ». Sous l’égide de Sibeth Ndiaye. Fact-checking pour start-up nation.

Plus efficace que la censure (binaire : message autorisé / non autorisé), la chasse aux fakes et au complotisme agit sur le code (le critère du crédible). Cela incite le citoyen à un auto-contrôle (en lui disant « ne soyez pas dupes »). Cette information AGDG (Avec Garantie Du Gouvernement) évoque un peu Miniver d’Orwell ou le « bureau de l’esprit public » de 1792. Le spectre de la manipulation justifie une prise de contrôle.

Elle se heurte au constat non pas que ce gouvernement ait été plus menteur qu’un autre, mais que, sur le confinement, les masques, les tests, la peur « pire que le virus », les frontières et à peu près toutes les mesures qu’il a fini par prendre, il a professé deux vérités successives. L’État séducteur se fait maintenant État vérificateur et État-média. État maternant aussi : son souci du care le pousse à nous préserver des fables nocives. Nounou, raconte moi une vérité.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
sic transit gloria mundi

Sic transit gloria mundi

Article suivant
livre ouvert

La pétaudière de la peur

Dans la même catégorie
emmanuel macron
En savoir plus

Châteaux de cartes : les cartes du château

Le lecteur a compris que cet article est destiné à être archivé pour en rire dans deux ans : il y a forcément quelque chose qui va craquer dans ce fragile édifice. Surtout, il est basé sur l’hypothèse que le processus se déroule à peu près normalement sans effondrement de l’ordre social et politique. Ce qui veut dire que nous serons très heureux si cet article fait rire dans deux ans.
luc montagnier
En savoir plus

La trahison des clercs ?

Par contre, par-delà les personnes et les postures, force est de constater que la séquence dans laquelle nous sommes entrés depuis maintenant plusieurs semaines, et qui ne sera sûrement pas close le 11 mai, a questionné et problématisé, au-delà du rationnel, la place de la science, et avec elle des scientifiques, dans nos sociétés.
tiktok
En savoir plus

TikTok, who cares ?

Un écosystème informationnel digitalisé qui, contrairement à ce que d’aucuns ont trop souvent laissé entendre, n’est aucunement bottom-up, mais up-up, bien que cette dernière formule soit bien peu élégante. Élus, journalistes, patrons de fédération, intellectuels, influenceurs et investisseurs font et défont les entreprises, les dirigeants et les carrières. Le reste n’est que de la littérature qui ne devrait pas dépasser les manuels pour communicants, dont se détourner n’est jamais la plus mauvaise des décisions dans une carrière professionnelle.