Un déconfinement en trompe-l’oeil

Loin de tourner la page, le déconfinement s’impose à ce niveau comme l’accélération des tendances observées.
un deconfinement en trompe-l’oeil

Voilà désormais 5 jours que la France s’est déconfinée. Malgré le caractère éminemment symbolique de cette nouvelle étape et les nombreuses tergiversations qui l’ont entourée jusqu’au dernier moment, ce changement ne semble pas s’être traduit par une rupture dans l’état d’esprit de l’opinion. Selon un sondage Odoxa Dentsu-Consulting publié hier soir, 80% des Français ne se sentent pas plus heureux depuis le 11 mai. 65% d’entre eux ne sont pas davantage sortis de chez eux, quand 69% des sondés ne sont quant à eux, pas retournés à leur travail.

Ces niveaux s’expliquent sans doute en partie parce que les nouvelles habitudes prises durant la période de confinement comme le télétravail auront prévalu ces derniers jours. Changement de régime juridique certes, mais pas de mode de vie. L’immobilité, l’isolement et le confinement à domicile sont désormais la norme et ne justifient pas de changement de perception de la situation. L’expérience de nombreuses règles absurdes, des lieux non-adaptés à la distanciation sociale (transports publics par exemple), des différences de régimes entre départements verts et rouges, des comparaisons entre ce qui est permis (métro, écoles) et ce qui ne l’est pas (plages, parcs) soulignent le caractère transitoire et précaire de la situation présente. Des attributs que renforce encore la crainte d’un reconfinement jusqu’au plus haut sommet de l’Etat.

Du point de vue politique et militant, le déconfinement apparaît également comme le prolongement des dernières semaines : les thématiques qui se sont imposées (soutien aux travailleurs exposés, au secteur de la santé, écologie…) restent particulièrement vives et prospèrent notamment sur la défiance à l’égard de l’exécutif. Et ce, entre autre, parce que les acteurs qui les portent renouent avec d’autres modes de mobilisation rendus jusqu’ici impossibles du fait du confinement (manifestations, réunions physiques), ou qui ont simplement pris le temps ces derniers jours de développer leur pensée en prenant acte du changement de paradigme induit par la crise. Ainsi les premiers manifestes font-ils leur apparition et devraient encore se multiplier dans les prochaines semaines. Loin de tourner la page, le déconfinement s’impose à ce niveau comme l’accélération des tendances observées.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
loi cyberhaine, pour en finir avec l’hysterie collective

Loi cyberhaine, pour en finir avec l’hystérie collective

Article suivant
“disinformation killed the disinformation star”

“Disinformation Killed The Disinformation Star”

Dans la même catégorie
drole de guerre, confusionnisme et “pente douce”
En savoir plus

Drôle de guerre, confusionnisme et “pente douce”

2020 n’est pas 39, encore moins 40, mais les épiphénomènes que les réseaux sociaux et les médias nous donnent à voir, les manifestations de “défaitisme”, de résignation, d’angoisse, de désarroi, de colère et de confusion, et nous subsumons avec ce vocable fourre-tout tout à la fois les discours dits alternatifs et conspirationnistes qui émaillent le quotidien, nous rappellent quotidiennement que cette situation n’a rien de très originale.