Rien de nouveau sous le soleil

Qu’en sera-t-il à l’heure de s’attaquer à d’autres grands problèmes comme celui du changement climatique, face auquel la technologie se présente comme la seule alternative à la décroissance ?
rien de nouveau sous le soleil

Au cours des siècles, les grandes épidémies ont souvent précipité de grandes transformations politiques et sociales, comme l’Histoire du monde occidental semble le montrer encore et encore : la Peste Noire au XIVe siècle, la peste Justinienne au VIe siècle, ou encore la peste de Cyprien au IIIe siècle, semblent avoir eu raison respectivement de l’époque médiévale, de la tentative de l’empereur Justinien de ressusciter l’Empire romain, ou encore provoqué la chute de Rome selon certaines théories.
Par-delà leurs conséquences matérielles tangibles, les conséquences intellectuelles et morales sont parmi celles qui jouent le plus grand rôle dans ces processus de transformation. De même que l’épidémie abolit certaines croyances qui structurent l’horizon mental des individus comme elles encadrent et rendent possible la vie sociale (le respect dû aux morts, la confiance en l’avenir et envers les autres semblables), celle-ci souligne la fragilité des institutions humaines face à l’ennemi invisible qu’est la maladie.
Dans son essai intitulé “Comment l’empire romain s’est effondré”, l’historien américain Kyle Harper fait ainsi de la peste de Cyprien vers l’an 250 de notre ère l’une des causes de l’essor du christianisme au détriment du paganisme antique – les dieux des Romains et des Grecs s’étant montrés incapables de venir à bout du fléau, présenté par les tenants de la nouvelle religion comme un châtiment divin. Près de 18 siècles plus tard, la mauvaise santé d’Airbnb et le licenciement de 3 500 employés d’Uber lors d’une vidéoconférence éclair de 3 minutes a, d’une manière étrangement parallèle, illustré la faillibilité des dogmes établis – en l’occurrence économiques – qui prévalaient jusqu’ici de manière quasi-incontestée : de la nécessité supposée de disrupter tous les secteurs économiques (“l’ubérisation”) au point de l’ériger en modèle de société indépassable (la “startup nation”).
L’inutilité de l’IA et des nouvelles technologies dans la lutte contre le virus est apparue patente, surtout mise en regard de la pénurie de biens industriels pourtant simples à produire (masques, surblouses, gel hydroalcoolique), ainsi que le soulignait Xavier Desmaison dans son éditorial du 18 mai dernier. Si l’utopie de la technologie salvatrice qui aurait réponse à tout n’est pas nécessairement morte, celle-ci se trouve sérieusement remise en cause par un simple organisme micro-cellulaire, venu du fond des âges.
Qu’en sera-t-il à l’heure de s’attaquer à d’autres grands problèmes comme celui du changement climatique, face auquel la technologie se présente comme la seule alternative à la décroissance ?

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
mythe gaullien et eloge de “l’esprit francais” dans le discours de l’etat en periode de crise

Mythe gaullien et éloge de “l’esprit français” dans le discours de l’État en période de crise

Article suivant
a fleur de peau

À fleur de peau

Dans la même catégorie
societe de transparence, societe du secret
En savoir plus

Société de transparence, société du secret

Nos sociétés de l'information exaltent volontiers la transparence. En politique, elle doit favoriser la gouvernance : plus d'ententes clandestines, de manoeuvres antidémocratiques obscures, d'intérêts occultes, de crimes enfouis. En économie, on voit en elle une garantie contre les défauts cachés, les erreurs et les tricheries, donc un facteur de sécurité et de progrès. Et, moralement, la transparence semble garantir la confiance entre ceux qui n'ont rien à se reprocher. Dans ces conditions, il est difficile de plaider pour le secret. Ou au moins pour sa persistance, voire sa croissance. Et pourtant...
affaire benalla : une controverse sous influence ?
En savoir plus

Affaire Benalla : une controverse sous influence ?

Dès lors, et alors que nous sommes, semble-t-il, dans la phase de ressac de l’affaire Benalla, et alors que tendent à émerger des discours de post-rationalisation de la crise, il nous paraît intéressant de mener une étude présentant la configuration et la structuration de la discussion relative à cette affaire. L’idée n’est bien évidemment pas d’aborder celle-ci en elle-même, d’autres bien plus à la page que nous s’y activent de manière quotidienne depuis le 18 juillet, ni encore moins d’analyser son phénomène de médiatisation mais plutôt de l’appréhender à l’aune de la médiation introduite par les spécificités de Twitter.